Lettre ouverte au Président de la République 05/10/2015

Lettre ouverte au Président de la République

sur la situation des Ateliers des Grands-Augustins

Communiqué, 5 octobre 2015

Devant le risque de voir les étages classés le 13 mai 2014 par la Commission régionale du patrimoine et des sites tomber dans le giron hôtelier, le CNEA a décidé, appuyé dans sa démarche par le Comité de défense des Ateliers des Grands-Augustins, de déposer un recours contre le permis de construire accordé par la maire de Paris le 15 juillet 2015 à la société Helzéar, qui a pour projet de transformer l’immeuble situé 7, rue des Grands-Augustins, en résidence hôtelière de luxe.

Toutefois, le CNEA souhaite qu’une solution amiable soit trouvée dans les meilleurs délais, et a écrit en ce sens une lettre au Président de la République, qui avait estimé en 2013 que ce dossier devait faire l’objet d’un traitement prioritaire.

Monsieur le Président de la République,

au moment où les autorités de l’Etat s’apprêtent à inaugurer au Grand Palais une importante rétrospective consacrée à Pablo Picasso, la situation de l’immeuble situé 7, rue des Grands-Augustins à Paris, ancien atelier du peintre et de Jean-Louis Barrault, continue à inspirer la plus vive inquiétude.

Lucien Clergue, président de l’Académie des Beaux-Arts, vous avait écrit le 26 mars 2013. Votre réponse le 15 avril 2013 était on ne peut plus claire : « …Sachez que j’ai porté la plus grande attention à votre démarche concernant ce haut lieu…Aussi ai-je demandé à Madame Aurélie FILIPPETTI, ministre de la culture et de la communication, de se saisir prioritairement de ce dossier et de vous tenir informé de la suite qu’il pourra recevoir. » Cependant, le ministère saisi n’avait guère réagi et le CNEA s’était résolu à alerter l’opinion publique. Une lettre ouverte à M. le Premier ministre et à Mme la maire de Paris a recueilli en quelques jours plusieurs milliers de signatures, dont celles de très nombreuses personnalités.

A la suite de cette initiative, le classement des deux derniers étages de l’immeuble a été adopté à l’unanimité par la Commission régionale du patrimoine et des sites, le 13 mai 2014, décision notifiée en juillet 2014 par le Préfet de région à la mairie de Paris et à la chambre des huissiers de justice de Paris, soit disant propriétaire de l’immeuble, et dont le président a contracté un bail avec la société Helzéar afin de transformer ce lieu mythique…en résidence hôtelière.

Faisant fi de la décision de classement, un permis de construire a été déposé par ladite société le 5 août 2014 et publié au BMO de la Ville le 28 septembre 2014. Ce document omet en effet les décisions de la Commission et ne mentionne que le classement de la façade en 1926 ! Face à cette manœuvre frauduleuse, de nature à dissimuler à l’administration municipale un élément essentiel à la décision d’attribution du permis, nous avons saisi le maire du VIème, M. Jean-Pierre Lecoq, qui, après avoir émis deux avis « extrêmement défavorables » à l’encontre du permis, s’est ému de cette situation et a déposé un vœu accepté à l’unanimité par le Conseil de Paris.

Cette suite d’annonces et de décisions contradictoires a amené la mairie de Paris à communiquer le 16 juillet dernier sur l’existence d’un accord global prévoyant la création d’un espace « pour le développement d’activités liées à la connaissance de la vie et de l’œuvre de l’artiste » au rez-de-chaussée de l’immeuble historique et pose le principe d’une mise à disposition régulière du Grenier en vue de « conférences et réceptions d’hôtes privilégiés, experts et chercheurs en relation avec l’œuvre de Pablo Picasso »…Pour autant qu’il existe, cet accord néglige totalement l’intérêt du public, et tout particulièrement l’accès des lieux aux scolaires.

Nous serions heureux néanmoins qu’une solution amiable soit trouvée dans les meilleurs délais. C’est pourquoi nous vous demandons solennellement d’user de votre autorité à cet effet et de veiller personnellement à ce que la « sanctuarisation » de ce lieu mythique, si souvent évoquée par les pouvoirs publics, ne reste plus à l’état de vœu pieux. Il est plus que temps de passer des paroles aux actes. Restant à votre plus ample disposition, nous vous remercions de l’intérêt que vous pourrez porter à cette requête, et nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre Haute considération.

 

P/O le conseil d’administration du CNEA

Charlotte Rampling Ambassadrice,  Jean-Pierre Wallez Président,

Didier Lockwood  Président d’honneur, Alain Casabona  Délégué général

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s