Communiqué de presse du CNEA 30/07/15

Communiqué de presse du CNEA 30/07/15

Grenier des Grands-Augustins : rien n’est réglé. Assez de tergiversations !

 

Dès 2013,  le  Comité National pour l’Education Artistique (CNEA) a lancé une vaste campagne de  mobilisation de la presse, de l’opinion et des pouvoirs publics pour  sauver le Grenier des Grands-Augustins. Un Comité de Défense s’est constitué. Le CNEA se félicite donc de l’accord intervenu entre le groupe Helzéar, la Fondation Maya PICASSO pour l’éducation artistique, le Musée national  Picasso et la Mairie de Paris, aux termes duquel le Grenier conserverait sa vocation historique et culturelle. Le CNEA remercie chaleureusement les très nombreux membres du Comité et les élus parisiens de tous horizons qui ont soutenu son action.

Le CNEA reste cependant vigilant sur les suites pratiques de cet accord. N’oublions pas que le 4 août 2014, le groupe Helzéar, après avoir contracté un bail avec le président de la CHJP ( Chambre des huissiers de justice de Paris), avait déposé un premier permis de construire… occultant la décision de classement prise en mai 2014, alors que cette décision avait été notifiée par le Préfet de région à la Mairie de Paris et à la CHJP…

Le CNEA a pris connaissance de la lettre adressée le 28 juillet par M. Jean-Pierre LECOQ à Mme la Maire de Paris. Il attend, avant de se prononcer définitivement, que, ainsi que le précise le Maire du 6ème dans son courrier à Mme HIDALGO : « les plans rectificatifs prenant en compte cette négociation et un cahier des charges précis puissent être consultables avant la fin du mois d’août ». Il va de soi que pour le CNEA la priorité des priorités doit être constituée par la possibilité d’accès et de visite du dernier étage, plus communément dénommé Grenier des Grands-Augustins, aux scolaires*,  pour l’instant exclus de ce projet… au moment où les pouvoirs publics clament haut et fort que l’éducation artistique constitue un enjeu essentiel de la réussite scolaire. Voici une belle occasion d’accorder les paroles et les actes ! C’est pourquoi le CNEA demande solennellement à l’Etat et à la Mairie de Paris de prendre les dispositions  nécessaires pour que le Grenier, qualifié par l’UNESCO de : « lieu chargé de mémoire pour Paris, pour la France et pour la culture artistique mondiale » ne soit pas réservé à « quelques hôtes privilégiés »

A cet effet, le CNEA réclame que soit levée l’ambiguité résumée par la dépêche AFP du 16 juillet 2015 (ligne 16) : « le Grenier, quant à lui, sera un lieu hôtelier polyvalent ». Cette dimension de « lieu hôtelier polyvalent » n’a rien de rassurant. Il appartient désormais aux différents partenaires du projet de démentir cette information. En clair, le CNEA demande  que, conformément à la décision prise à l’unanimité des membres de la Commission de classement du Patrimoine et des sites, mais  aussi à la volonté de l’ensemble des élus du Conseil de Paris, ce lieu mythique soit sanctuarisé.

Imagine-t-on la réaction du peuple espagnol, mais aussi de tous les amateurs d’art, apprenant que l’atelier du Greco à Tolède pourrait être transformé en résidence hôtelière ?

Par ailleurs, le CNEA rappelle qu’il est en mesure d’apporter les preuves de sa contribution essentielle pour la réussite d’un projet d’envergure, et que son rôle a été loin d’être négligeable lors de la mise en rapport des différents partenaires, et ceci dès 2013, date de son expulsion par le président de la Chambre des huissiers, nonobstant la  plus-value importante apportée à l’immeuble**. A ce sujet, le CNEA tient à faire savoir qu’il n’a jamais été associé à quelque négociation que ce soit et que deux procédures judiciaires sont engagées actuellement entre le CNEA et la CHJP.

Enfin, le CNEA vient d’apprendre que le Comité de défense des Ateliers des Grands-Augustins, dont la présidence d’honneur a été confiée à Marie-Christine BARRAULT, après le décès de Lucien CLERGUE  s’est constitué en association loi de 1901. Ce comité  ne manquerait sans doute pas de déposer un recours contre l’actuel permis de construire si les accords entre les différentes parties n’étaient pas formalisés dans les meilleurs délai. Il ne serait sans doute pas le seul à agir en ce sens…

Le CNEA souhaite sincèrement qu’une solution soit trouvée avant l’expiration de la date de recours en annulation du permis. Alors chacun de ceux qui ont participé à ce combat sans précédent dans l’histoire du Patrimoine pourra prendre à son compte ces quelques mots adressés en 2005 à l’un de nos membres par Maya PICASSO : « … Merci, merci encore pour avoir sauvé les Grands-Augustins… »

 

**Une vidéo, réalisée au Grenier en 2004, à l’occasion de l’inauguration de l’exposition « Guernica la tapisserie » présente notamment les interviews de Mme HIDALGO et de Mme Maya PICASSO. Leurs propos vont tout à fait dans le sens de ce que propose le CNEA. Elle présente aussi les témoignages de nombreux artistes, enseignants, étudiants et élèves. Pour consultation, se rendre à : http://www.youtube.com/watch?v=ZwqxZ7SSDpo&feature=youtu.be

Un constat d’huissier témoigne de l’état de délabrement du Grenier et de la cage d’escalier avant l’installation du CNEA.

 

PJ : Communiqué de la Mairie de Paris 16.07.2015

Lettre à Madame Hidalgo du Maire du 6ème

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s