Communiqué de presse, 31 mars 2015

GRENIER DES GRANDS-AUGUSTINS : LE COMITE DE DEFENSE ET LE CNEA EN APPELLENT AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE ET A LA MAIRE DE PARIS, DEMANDENT A LA DG DE L’UNESCO D’OUVRIR UN DOSSIER DE CLASSEMENT DE L’IMMEUBLE AU PATRIMOINE DE L’HUMANITE ET RECLAMENT L’OUVERTURE D’UNE ENQUETE PARLEMENTAIRE

 Au moment où l’affectation de l’un des lieux les plus mythiques au monde – c’est ici notamment que fut peint Guernica en 1937 – se joue (la décision d’accorder ou non à la société Helzéar, mandatée par la Chambre des huissiers de justice de Paris, avec qui elle a formé un bail, le permis de construire une résidence hôtelière de luxe 7 rue des Grands-Augustins, devrait être rendue dans les prochaines semaines), la présidente du  Comité de défense, Marie-Christine BARRAULT, qui a accepté de succéder à Lucien CLERGUE, récemment décédé, et l’ambassadrice du CNEA (Comité National pour l’Education Artistique), Charlotte RAMPLING, en appellent à François HOLLANDE, Anne HIDALGO, et Irina BOKOVA pour que les deux derniers étages de l’immeuble conservent leur vocation patrimoniale, pédagogique et culturelle.

Après deux années de tergiversations et malgré les prises de positions officielles et les décisions administratives rendues, (cf. PJ : courrier du Président de l’Académie des Beaux-Arts et réponse, le 15 avril 2013, du Président de la République, classement voté à l’unanimité par la Commission régionale du Patrimoine et des sites le 13 mai 2014, vœu du Conseil de Paris adopté à l’unanimité en séance plénière le 18 décembre 2014…), mais aussi l’engagement de plusieurs milliers de signataires – dont de très nombreuses personnalités – d’une lettre ouverte à Manuel VALLS et à Anne HIDALGO, force est de constater que ce dossier n’a pas avancé ! C’est pourquoi le Comité de défense et le CNEA demandent aux autorités précitées de prendre leurs responsabilités : le public doit avoir accès au Grenier des Grands-Augustins. Assez d’atermoiements ! Dans les semaines à venir, cette affaire va basculer soit vers des intérêts privés, soit vers l’intérêt public. L’Etat a le pouvoir d’imposer cette décision. Il en a aussi le devoir.

PJ :

Décision de la CRPS

(*) cette pièce est d’autant plus importante qu’elle démontre clairement que la société Helzéar a délibérément occulté la décision de classement du 13 mai 2014, en ne mentionnant dans sa demande de permis de construire qu’une inscription à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques en date du 06/02/1926, qui concernait uniquement la façade de l’immeuble ! Il a fallu attendre la parution de la pétition au Bulletin Municipal Officiel de Paris du 23 septembre 2014 pour prendre connaissance du dépôt de ladite demande, le Préfet ayant omis de publier l’arrêté de classement au Journal Officiel. Pourtant, ce classement avait été signifié à la Mairie de Paris et à la Chambre des huissiers dès juillet 2014. Ainsi que le fait remarquer le maire du VIème arrondissement dans une lettre adressée à M. le Préfet de région, qui présidait la commission de classement : « …j’ai l’impression que la Chambre des huissiers cherche à nous prendre de vitesse. »

Face aux nombreuses irrégularités que recèle ce dossier, le CNEA, secondé par le Comité de défense, demande l’ouverture d’une mission d’information parlementaire aux Commissions des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale et du Sénat afin que la lumière soit faite sur les conditions d’attribution de l’immeuble à la société Helzéar.

Comité de défense des Grands-Augustins c/o Cabinet d’architectes CANTAL-DUPART, 5 rue de Savoie, 75006 PARIS

comitededefensegrandsaugustins@gmail.com

Publicités