Aux adhérents et amis du CNEA

Ainsi que nous l’avions prévu, la Chambre des huissiers de justice de Paris, qui a expulsé le CNEA en novembre dernier, avait bien en tête le projet de construction d’une résidence hôtelière de luxe, 7, rue des Grands-Augustins. A la suite de la campagne engagée l’an dernier par notre comité de soutien, et notamment de la lettre ouverte au Premier ministre et à la maire de Paris, qui a recueilli plusieurs milliers de signatures, la Commission régionale du patrimoine et des sites, réunie le 13 mai dernier sous la présidence du Préfet de région, a décidé à l’unanimité le classement des deux derniers étages, des façades, de l’escalier principal et des toitures de l’immeuble. L’arrêté, signé par le Préfet le 18 juillet, ET NOTIFIE A LA MAIRIE DE PARIS LE 28 JUILLET, n’a toujours pas fait l’objet d’une publication au Journal Officiel.

Or nous venons d’apprendre que la Chambre des huissiers a déposé le 5 août une demande de permis de construire pour mener à bien son projet, mettant ainsi en péril le deuxième étage, où Picasso a peint Guernica, ainsi que le Grenier. Si ce projet aboutit, c’est l’un des lieux les plus mythiques de la capitale qui disparaîtra. A quand une suite Condor, un salon Franco et une salle de réunion Messerschmitt?
Vous voudrez bien trouver ci-joint un extrait de la lettre adressée le 20 octobre par M. Jean-Pierre Lecoq au Préfet de région, ainsi que le dépôt de demande de permis de construire et le communiqué de presse de la ministre de la Culture.
Dans sa lettre au Préfet, le maire du VIème n’hésite pas à écrire: « je pense donc que la chambre des huissiers essaie de nous prendre de vitesse.« 
 
Cette analyse est d’autant plus pertinente que l’on constatera, à la lecture du permis de construire, que les demandeurs font état, dans leur programme, « d’un immeuble concerné par une inscription sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques en date du 06/02/1926« , mais se gardent bien de mentionner la procédure de classement en cours. La ficelle est un peu grosse. C’est pourquoi nous avons décidé d’informer l’opinion publique de cette manœuvre inadmissible. Une conférence de presse sera convoquée prochainement. Il faut faire vite: une fois les travaux commencés, il sera très difficile d’agir. Rappelons que d’autres solutions avaient été proposées aux huissiers…sans doute moins alléchantes. Au moment où l’on vient de fêter l’ouverture de l’Hôtel Salé, on s’apprêtait ainsi, en catimini, à rendre inaccessible au public le dernier lieu picassien de la capitale. Vous pourrez trouver sur notre nouveau site (https://lecnea.wordpress.com/) de plus amples informations, et tout particulièrement une réponse à ceux qui nous ont reproché de nous « auto-proclamer défenseurs de la mémoire d’un grand artiste ». Merci de vous faire l’écho de cette information autour de vous, notamment en communiquant les éléments en pièce attachée, qui figurent également sur notre site. 
 
Bien cordialement
 
Le conseil d’administration du CNEA
 
NB: 1) rappelons que les pouvoirs publics ont toujours la possibilité d’utiliser une procédure de classement d’urgence, initiative prise en son temps par Jack Lang pour sauver un célèbre restaurant des Champs-Elysées.
       2) la chaîne ARTE a diffusé dimanche dernier un film réalisé par Laurence Thiriat: Les engagements de Picasso. Plusieurs scènes ont été tournées au Grenier: http://www.arte.tv/guide/fr/048104-000/les-engagements-de-picasso
Publicités